Traduction anglais>français : À propos de New York Polyphony

Texte source en anglais /Source text in English : ABOUT NEW YORK POLYPHONY

Traduction par Anne-Julie Dupart, avec l’aimable autorisation de New York Polyphony/Translation by Anne-Julie Dupart, with the kind permission of New York Polyphony

New York Polyphony : biographie

New-York-Polyphony-à-propos

Salué pour leur « son riche et naturel, plus large et plus complexe que la somme de ses parties » (National Public Radio) New York Polyphony est l’un des ensembles vocaux de chambre les plus actifs aujourd’hui. « D’une musicalité et d’un charme vocal sublimes » (The New Yorker), les quatre chanteurs apportent une touche vibrante et moderne à un répertoire qui s’étend du chant grégorien aux compositions les plus modernes. Leur investissement dans des programmes innovants et leur passion pour la redécouverte d’œuvres rares de la Renaissance et du Moyen-Âge, qui leur ont valu deux nominations aux Grammy Awards et de nombreux éloges, ont contribué à faire entrer la musique ancienne dans le courant classique.

Depuis sa création en 2006, la commande d’œuvres nouvelles tient une place centrale dans le travail de l’ensemble New York Polyphony, qui s’est engagé à présenter des compositions contemporaines explorant les frontières entre musique ancienne et musique moderne, que ce soit en concert ou en enregistrement. L’ensemble a tissé des liens avec de nombreux compositeurs, dont nous pouvons citer les célèbres Richard Rodney Bennett, Jonathan Berger et Jackson Hill, les talents émergents Bora Yoon et Gregory Brown ou encore les incontournables Gabriel Jackson et Andrew Smith. En janvier 2007, dans le cadre du programme de musique ancienne du théâtre Miller de l’Université de Colombia, New York Polyphony interprète pour la première fois « Vespers Sequence, » une œuvre en plusieurs mouvements basée sur les vêpres du rite byzantin et composée pour le quatuor par Ivan Moody. Pour l’année 2018, citons également « The Bitter Good » commandée au compositeur américain Gregory Spears grâce à la subvention reçue par New York Polyphony en 2016 des mains de Chamber Music America.

La discographie grandissante de New York Polyphony comprend deux albums nominés aux Grammy Awards et d’autres arrivés en tête des classements du New Yorker, de Gramophone et de BBC Music Magazine.

Dès sa sortie en août 2016, leur septième album Roma Æterna (qui est aussi leur quatrième chez Bis Records), illuminé par deux messes Renaissance composées par Giovanni Pierluigi da Palestrina et Tomás Luis de Victoria, est propulsé quatrième au classement des meilleurs albums de musique classique du magazine américain Billboard. L’émission Record Review de la BBC Radio 3 souligne « l’assurance et la beauté absolues » de l’album, par ailleurs décrit comme « magnifique et élégant » par le San Francisco Chronicle, ou encore « tout simplement révélateur » par AllMusic.

Sorti en 2014, Sing Thee Nowel reçoit les éloges du New York Times qui le compare à « un refuge spacieux et lumineux » et en fait un « incontournable » de sa liste d’idées de cadeaux de Noël. Cet album vaut au quatuor une seconde nomination aux Grammy Awards dans la catégorie Meilleure performance par un petit ensemble/pour la musique de chambre.

Avec en 2013 la sortie de son quatrième album Times go by Turns, New York Polyphony continue de « s’imposer comme l’un des meilleurs petits ensembles vocaux contemporains » (Audiophile Audition). L’album, encensé par la critique, qui décrit un « écheveau complexe et précis à la beauté douloureuse » (Gramophone), fait partie des 10 meilleurs albums classiques du classement iTunes 2013 et vaut au quatuor leur première nomination aux Grammy Awards.

Entre séries de concerts et grands festivals, les quatre chanteurs parcourent activement la planète. Citons notamment leurs débuts au Wigmore Hall de Londres et au Koninklijk Concertgebouw d’Amsterdam, leurs résidences au Dartmouth College et à l’Université Stanford, les concerts sous l’égide du Festival Oude Muziek Utrecht ou encore la première européenne de la « Missa Charles Darwin » (une messe profane récemment commandée au compositeur Gregory Brown sur des textes de Charles Darwin) au Museum für Naturkunde de Berlin. Mentionnons également leur participation aux festivals allemands Tage Alter Musik Regensburg et Rheingau Musik Festival, sans oublier les Semaines de Bach en Thuringe. Ils se sont également produits au Festival international de musique d’Abvlensis en Espagne, au Oö. Stiftskonzerte en Autriche, au Festival de Música de Morelia au Mexique, ou encore au Elora Festival, au Canada.

Invité aux émissions radiophoniques Performance Today (American Public Media), Footprints to Paradise : A Medieval Christmas (Public Radio International) ou encore In Tune (BBC Radio), l’ensemble New York Polyphony a également fait ses premiers pas à la télévision en décembre 2011 sur le plateau de The Martha Stewart Show.

Share Button

Laisser un commentaire

Fermer le menu